Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 11:28
Il y a maintenant bien quatre ans que j'ai découvert l'atelier d'écriture de la bibliothèque de Bessancourt. Après un long intermède bourguignon me revoilà dans les contrées val d'oisienne, je peux enfin retourné à l'atelier.

Chaque séance l'animateur nous propose un exercice à développer chez soi afin d'avoir plus de temps, et comme toujours je le fais la veille pour le lendemain, alala on se refait pas... donc j'ai eu l'idée de vous soumettre mes écrits... vous pourrez me donner vos avis, vos critiques ^^


Atelier 1


La consigne de cet exercice, consigne assez classique : le texte doit commencer par  « Que dirais-tu si je me rasais la moustache ? » et finir par « Il avait terminé à présent. »

  « Que dirais-tu si je me rasais la moustache ? »

     La question me trottait dans la tête depuis des années maintenant. Il me l’avait posée avant de partir. J’étais jeune à l’époque et ça m’importait peu à vrai dire, de savoir ce que j’en dirais. Ça m’importait peu de savoir ce qu’il y avait derrière ces poils que j’avais toujours connu, derrière ce masque protecteur. Sotte que j’étais.

     Toute sa vie durant il nous avait protégé ma mère et moi, des assauts des hordes, des rigueurs de l’hiver, de la faim. La peur s’était éloignée, se muant en un point à l’horizon. Pourquoi avoir peur, il était là. Lui et cette moustache si caractéristique. Elle qui descendait de chaque coté de sa large bouche, couronnant son visage d’une noblesse sauvage. Ce visage magnifique qu’ont les guerriers du nord aux yeux gris des mers et à la crinière d’or. De part et d’autre de celui-ci descendaient de longs favoris, complétant ainsi le fier portrait de mon père. Les gens du village respectaient l’homme tout autant que la toison.

     Ce jour là, ce fameux jour, il semblait différent, emprunt d’un spleen que je ne lui connaissais pas. Mais qu’importait, il avait posé cette étrange question, j’avais grommelé en avalant ma tartine. Je ne lui avais pas même jeté un regard.

     Il était sorti sans rien dire.

     Les jours, les mois avaient passés. Le temps s’était dégradé. La pluie automnale avait fait son apparition et lui n’était pas reparut. C’est au début de décembre qu’il est revenu. Amaigri, fatigué, le visage tuméfié et anormalement imberbe. Et bien que les jours se rallongeaient enfin, ses poils, sa barbe ne repoussait plus. Et bien que les barbares fussent à nos portes, il ne se relevait plus. Toute sa vie durant il nous avait protégées.

     

     … Il avait terminé à présent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zièph
  • Le blog de Zièph
  • : Ce blog regroupe mes coups de coeur, mes oeuvres cultes et les autres ... Peut-etre un jour s'y joindront mes oeuvres à moi, qui sait...?
  • Contact

Profil

  • Zièph
  • Je suis passionné de littérature et je griffonne à l'occasion. Griffonner est le bon terme vu que je dessine presque autant que j'écris... J'aime la littérature sous toutes ses formes et j'ai envie de vous faire partager ma passion !
  • Je suis passionné de littérature et je griffonne à l'occasion. Griffonner est le bon terme vu que je dessine presque autant que j'écris... J'aime la littérature sous toutes ses formes et j'ai envie de vous faire partager ma passion !

Recherche

Catégories