Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 17:11

Une petite trouvaille, l'auteur est aussi le scénariste de Koma, une BD fort sympathique écrite avec Frederik Peeters.

 

album-cover-large-16919.jpg

Pierre Wazem doute. Personne ne lui confie plus de boulot. Le loyer n’est donc plus payer et sa petite famille et lui-même risque de se retrouver à la rue sous peu. Evidement il ne juge pas indispensable d’en avertir sa femme et s’enfonce peu à peu dans les méandres de l’angoisse et de la solitude.

Une excellente bande dessinée, sur le doute, la crainte de l’avenir et la vacuité de l’existence. « Sans doute que raconter était une façon de comprendre. Maintenant je doute qu’il y ait quelque chose à comprendre. »

L’auteur parvient à nous transcrire les sentiments du quotidien avec douceur et justesse, jusqu’à une scène mère filles tout bonnement superbe dans laquelle il n’ose pénétrer de peur de voir cet instant s’évanouir. La seconde partie, plus  onirique m’a moins touché, je galère toujours à entrer dans ce genre de trip. Néanmoins ils nourrissent le récit et la réflexion de Pierre Wazem. Graphiquement l’ensemble fonctionne à la perfection, se rapprochant par moment d’un Larcenet dans le combat ordinaire.

Bref, Wazem nous offre avec mars aller retour un beau voyage. 

Repost 0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 13:51

pilulesbleuescoRetour aux origines avec l’un des premiers albums édité de Frederik Peeters, Pillules Bleues. Un ouvrage autobiographique magnifique – de parti pris moi ? jamais – qui ne laisse pas indifférent, du moins qui ne m’a pas laissé indifférent. Frederik Peeters nous dévoile un peu de son intimité, avec pudeur et retenu mais toujours avec justesse. Il dépeint sa rencontre avec sa compagne et son quotidien, la difficulté de vivre ensemble (oui parce que y a un truc sous-jacent qui rend cet album encore plus boulversifiant mais si je vous en dis trop vous allez perdre quelque chose au cours de la lecture alors chut !).

Voilà pour le résumé, pour le reste, le dessin de Peeters est déjà très en place, pas de surprise, c’est pas réellement ses débuts non plus mais ça première œuvre aboutie – enfin je crois j’en sais pas beaucoup plus. La narration est subtile et efficace, tout est esquissé avec finesse, les sentiments sont suggérés et les textes sonnent vrai.

Pilules-Bleues-planche-92-300x295Le seul aspect peut-être incongru serait le dernier chapitre, sa rencontre avec le mammouth dans ses rêveries. Pas indispensable. Le reste ? INDISPENSABLE. Mieux que tout ses autres albums, enfin pas dans le même registre. Mieux que Lupus ? C’est possible... Ouais, plus sensible, plus touchant. (Et pourtant Lupus…) Quand je parle de Lupus je pourrais parler de Pachyderme, Koma, Le château de sable ou encore Aâma, tous d’excellents ouvrages à lire de toute urgence, mais Pillules bleues, c’est …

Repost 0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 13:19

Elmer c’est une ancienne de papercuts qui me l’a conseillé. De premier abord comme ça j’me suis dis boaf, ça a l’air bizarre cette histoire de poulets. Oui parce que ça parle de poulets… qui parlent… et s’habillent. Bref j’étais pas convaincu. Mais à mon grand étonnement, je l’ai acheté. Oui des fois on a des réactions pas forcement logiques…

9782916207483

 

Le pitch comme on dit à la télé : Octobre 2003. La vie de Jake Gallo est un enfer, il n’arrive pas à trouver de travail, son père vient de faire une crise cardiaque, Son frère Freddie est devenu une star du cinéma, mais le plus difficile à avaler, ce sont les frasques sentimentales de sa sœur May qui s’est mise en tête d’épouser... un humain. Car les Gallo, comme les autres poules et coqs du monde entier, sont subitement devenus conscients en 1979 au grand désarroi de l’espèce humaine. Suite au décès de son père, Jake va découvrir l’histoire de sa famille et de son père, Elmer, qui fait partie de la génération des coqs qui ont dû apprendre à cohabiter avec les hommes. [Résumé éditeur]

 


Normalement c’est là que vous décrochez et me dites mais WTF !!! Et bien non, pas WTF, ou plutôt si, OMFG ! Elmer est magistral ! Elmer devrait avoir une statue ! Je m’emballe un peu, je sais… quoique. Elmer est une PUTAIN de BONNE BD ! Retenez-le.

Bon maintenant on va parler de la BD : après la mort de son père Jake va entreprendre l’écriture d’un livre sur la vie de ce dernier. Avec l’aide du journal d’Elmer, il va être amené en même temps que le lecteur à découvrir l’histoire de son père et par la même l’histoire des gallinacés depuis leur « Eveil ». Et c’est sans démesure que je vais comparer ce livre au fameux Maus d’Art Spiegelman ainsi qu’au journal de mon père de Jiro Taniguchi. Cette œuvre possède la même force dans le récit, la même tendresse envers l’image du père. Ce que réussi Gerry Alanguilan est d’autant plus formidable qu’il le réalise à partir d’une fiction totale là où Spiegelman contait le réel – ce qui ne retire rien au monument qu’est Maus, entendons-nous bien. Mais apporter autant de pathos contenu dans une pur fiction est une prouesse.

Les graphismes d’Elmer ne sont pas grandioses, mais servent le récit avec talent. Le noir et blanc est simple et sans fioriture. L’auteur parvient à procurer à de « vulgaires » poulets une palette d’expressions rare. Il les humanise avec talent, apportant au propos une véritable force.

 

elmer-gerry-alanguilan-L- 35zsK

Donc c’est bien. ACHETEZ LE BANDE DE MOULE ! ! ! Ce récit possède une réelle force et son auteur bin du talent tout simplement – monsieur Gerry Alanguilan a aussi bossé pour les amerlocs (sur différent comics relativement obscure tel que X-men, superman, les quatres fantastic…), et les amerlocs ne se trompent jamais ! – enfin… euh… Bref, lisez le en bouffant du KFC ça va vous en dégouter pour un bon moment !

Repost 0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 12:35

Revenons à nos moutons nazis et autres considérations philosophico-bourrine. Avec Opération Soleil de Plomb, nos deux auteurs favoris explore un nouveau genre, un nouvel univers, le récit de guerre version Vietnam. La guerrilla de jungle, la résistance angoissante, l'atmosphère chaude et moite, les torses velu, les poils collés par la sueur... hum, pardon.

Donc, les allemands sont en passe de gagné la guerre, il fait moite, est toute l'afrique est occupé, toute ? non, un territoire résiste encore et toujours à l'envahisseur ! Un homme mène la rebellion, un français ! le général Leclerc ! - oui sa division de blindé à pas pu remonter les champs alors il se venge comme il peut le pauvre.

 

Le scénario de Vincent est très futé, j'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire. Je n'ai pas envie d'en dire trop alors je dirais juste que notre scénariste préféré s'en sort admirablement dans un genre souvent travaillé - il faut dire que c'est pas évident quand on pense à apocalypse now. Pour le dessin c'est toujours très bon, on sent que Ronan prend plus sont temps et pose des décors avec soin. Les couleurs sont impeccable, les scènes d'action fonctionne, certaines parfois difficile à cerner sont un véritable plus, personne ne sait vraiment d'où proviennent les tirs, pas même le lecteurs, ajoutant une angoisse palpable dans les planches.

 

Pour moi, un des albums de la série le plus réussi, qui plaçait la barre très haute pour le suivant, New York 1947, exellent lui aussi, bien que peut-être un peu en dessous. A lire de toute urgence !

 

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 14:58

Ensuite vient le cas le plus épineux de la "série", le cas étoile rouge.

 

Le 22 juillet 1944, l’URSS est envahie par les troupes du IIIe Reich. Le 12 octobre de cette même année, les pilotes du 3e Groupe de Chasse “Normandie” atterrissent à Ivanovo pour combattre aux côtés des troupes soviétiques. À travers Etoile Rouge, c’est l’épopée glorieuse et tragique de cette escadrille que les auteurs nous propose de suivre, en s’attachant plus particulièrement au destin de trois de ses pilotes français.[Résumé éditeur]

 

Après l'excellent Block 109 nos deux compères nous proposent quelques mois plus tard Étoile rouge, la BD est réalisée rapidement, ce qui entraîne quelques maladresses, néanmoins le scénario fonctionne et le dessin possède une force tout aussi efficace que le précédant tome. On passe un nouveau moment agréable dans cet univers uchronique passionnant.

 

Et si étoile rouge à quelques défauts, nos auteurs se rattrape largement avec l'excellent Soleil de plomb... Prochaine chronique ! Z'avez vu ce teasing ! Ouais bin après autant d'absence, faut bien que je vous fasse languir de nouveau, aller je me dépêche pour la suite !

 

Repost 0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 12:58

Block 109 c'est une aventure trépidante, tant éditoriale que scénaristique.

 

Un one-shot énorme, qui pose l'univers.

 

Puis, trois mois plus tard - ouais les gars font pas dans la demi-mesure - bam ! une nouvelle aventure, étoile rouge, même univers, autres lieux, autres personnages. S'en suivent trois autres tomes, Soleil de plomb, New-York 1947 et le petit dernier Ritter Germania, chacun espacé d'environ 6 mois, oui monsieur.

 

Cette série d'articles ont à pour but de revenir sur l'ensemble de la collection, en effet Block 109 décline un succession d'aventures dans un même univers cohérent et bien construit néanmoins les albums fonctionnent tous indépendement les uns des autres. Bon vous DEVEZ lire le tout premier pour deux raisons (au moins). Premièrement : bin, il est bon. Secondement, il pose l'univers comme aucun autre et permet d'aborder ensuite n'importe lequel des albums. Mais la grande force de cette "série" c'est que si vous êtes une de ces têtes brûlées qui se dit, F***k ! Zieph m'emmerde, je vais juste lire le dernier. et bien c'est possible sans aucun problème !

Bon à force de tourner en rond autour du pot on va en mettre partout. Donc.

 

Block 109 (the orignal) de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat

  http://poupouille.eu/IMG/jpg/Couv_Block_109.jpg

Imaginez ...
Imaginez l'Angleterre, et ses alliés, anéantis par le feu nucléaire d'un IIIème Reich tout puissant.
Imaginez une autre Guerre Froide opposant le régime nazi à la dictature stalinienne.
Imaginez que les armements les plus destructeurs et utopiques de la seconde guerre mondiale deviennent une réalité.
Imaginez, enfin, que ce monde soit le vôtre…
Il ne vous reste plus qu’à survivre.
Entrez dans un monde en guerre...

[Résumé éditeur alléchant n'est-ce pas ?]

 

Donc block 109 c'est ça, une uchronie ou l'allemagne à gagné la guerre. L'allemagne a la bombe et a ravagé l'angleterre et les état-unis. Dans le panier de crabes qu'est le régime nazi Hitler a fait long feu, Himmler devient chancelier, Heydrich dirige les SS et les luttes intestines s'intensifient. Un nouvel ordre est fondé, celui du nouvel Ordre Teutonique pour contrebalancer le pouvoir de la SS. Dans ce merdier ressorte des inventions qui font plaisir aux fans d'actions : de gigantesques monstres mécanisés sur chenille qui pilonent le front russe encore vaillant.

http://www.bdgest.com/preview_page.php?IdPrepub=638&Ordre=2

Ce condensé d'actions et d'intrigues donne le vertige, d'autant que dans l'ombre se trame des choses encore plus étrange, donnant un tour fantastique à l'aventure. Le dessin est efficace et péchu, pour un premier album Ronan Toulhoat s'en sort avec les honneurs. Seul petite critique, certains personnages se ressemblent et dans le feu de l'action on peine parfois à s'y retrouver, un soucis que le dessinateur parvient à gommer dans les albums suivant.

Repost 0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 12:35

Petit panel de BD sympa, attention ce ne sont pas des chef d'oeuvres, mais j'ai passé un bon moment et je voulais vous faire partager ça ^^

 

Commençons avec le maître Osamu Tezuka, qui nous sert deux albums sympathique (par leur qualité car ce sont plutôt des histoires plombantes...).

 

Alabaster d'Osamu Tezuka

 

James, avant de devenir Alabaster est un athlète noir de très haut niveau, fréquentant la haut société il tombe amoureux de Susan Ross, une actrice célèbre, celle-ci après l’avoir fréquenté les dénigre lorsqu’il lui demande sa main, jamais elle ne se mariera avec un noir ! A partir de ce jour il déclare la guerre aux apparences. Munis d’un pistolet qui rend invisible, plus ou moins partiellement, il rend invisible son épiderme et devient Alabaster. Il prendra ensuite sous son aile démoniaque la jeune Amy, petite fille de l’inventeur de rayon d’invisibilité et elle-même entièrement invisible, peu à peu la rancœur gagne Amy, parviendra-t-elle a sortir de son emprise ?

 

 

Feuilleton de 500 pages, Alabaster est une œuvre assez rare en ce sens où on suit le périple de héros sombrant dans la folie meurtrière. Une idée intéressante, notamment pour l’époque (1970), ensuite et bien c’est Tezuka, on connaît bien ses qualités et ses défauts. On regrettera le système de publications japonaises, qui engendre ici, une première histoire courte très visible, prolongé par une nouvelle histoire peut-être un peu bancale. Néanmoins on passe un agréable moment de lecture.

 

Sous notre atmosphère d'Osamu Tezuka

 

Recueils de nouvelles varié dans des styles ou des univers très différents, série de destins humains dans ce qu’ils ont parfois de plus vils ou de plus tragique. On y retrouve cette ironie caustique et parfois cynique qu’use parfois Osamu Tezuka.

 

 

Tezuka dans toute sa splendeur sous forme de petites histoires courtes et efficaces. Pas un chef d’œuvre mais de bon moment néanmoins.

 

 

 

Pour conclure, ces deux ouvrages ont une même thématique en commun, la noirceur de l'âme humaine. On aurait pu aisement retrouver l'histoire courte qui démarre Alabaster dans le recueil Sous notre atmosphère. L'ensemble en aurait été tout aussi cohérent. Ce n'est pas un Tezuka optimiste dont on peut ici admirer l'oeuvre. Une oeuvre plutôt bien construite et encore une fois terriblement moderne, même si l'on sourit de certaine coutume typiquement japonaise ou de certains fantasmes très présent dans l'imaginaire nippon.

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 12:38

On fait parfois des découvertes étonnantes. Je suis tombé sur un recueil de BD américaines des années 50, il y a peu, et je dois bien avouez que j'ai pris une claque. Je m'attendais un ces très bonnes mais très poussiéreuses BD où l'on sent que l'auteur ne perçoit pas encore la portée du média, alors forcément avec frontline c'est la grosse claque. D'autant que s'il on se penche un peu sur le coté historique de l'ouvrage on s'aperçoit qu'en plus d'avoir du talent les bougres étaient sévèrement burné (pardonnez ce langage fleurie, certaines lectures marquent plus que d'autres...). Donc tuerie, au propre et au figuré :

Nous sommes donc en 1951, la guerre de Corée a débuté depuis un ans quand Frontline parait sous forme de magasine, de petites histoires de guerre, de toutes les guerres, des romains en Gaulle à la dites guerre de Corée. Des petites histoires terriblement réalistes, qui présente les dur réalité de la guerre. Bin ouais la guerre c'est moche... Le bimestriel connaîtra 15 numéro jusqu’en 54. Akileos publie dans ce recueil des histoires tirées de 10 premiers numéros.

 

Dans Frontline dessinent une pléiade d'auteur de talent, John Severin, Jack Davis, Wally Wood, George Evans, Will Elder

mais aussi Alex Toth, Ric Estrada, Joe Kubert et Russ Heath et j'en oublie certainement, les scénarii sont quand à eux réalisé par Harvey Kurtzman. Tout est d'une très grande modernité, très rapidement on oublie l'âge de l'ouvrage et on se perd dans les méandres de ces guerres où l'espoir n'est plus permi. Culotté de dénoncer la guerre quand sont propre pays est en train de la faire surtout en ce temps là. Culotté aussi d'écrire sur cette même guerre qui se déroule au même moment, et de mettre en exergue sont atrocité et sa bêtise. Néanmoins les auteurs sont habile, ils parviennent à montrer l'horreur sans à aucun moment dénigrer la richesse des hommes qui la font, parfois courageux, parfois pathétiques jamais vraiment mauvais, des hommes. Kurtzman explore la nature humaine avec une terrible justesse, un grand moment de bande dessinée !

 

J'attends avec impatience les prochaines publication d'Akileos qui compte réédité d'autres recueils de cette époque, tel que les conte de la crypte. Dans un autre domaine j'attends avec la même fébrilité le nouveau tome de Block 109, dernier tome dessiné par Ronan Toulhoat mais ceci est une autre histoire...

 

 

 

Repost 0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 12:35

La bande dessinée canadienne s'pas de la marde ! Après l'excellent Scott Pilgrim et le merveilleux blog Ostie de chat ! Voici ma nouvelle claque tout droit venu du pays des caribous, la série Paul ! Bon d'accord j'ai lu que Paul au parcmais c'est tellement bien que je ne doute pas de la grande qualité des autres tomes de la série, série qui fonctionne par one-shot dans lesquels on découvre un peu plus de la vie de Paul. Notons que le précédent tome a été primé à Angoulème l'année passé (Prix du public). Donc Paul au parc :

 

Paul est un adolescent québécois comme les autres en cette année 70. Et comme les autres adolescents de son âge, l’été, il s’emmer..., glandouille, découvre les filles, le métier de bédéiste, la guitare, le scoutisme version colo. En toile de fond les évènements de la crise d’octobre, ensemble d’actes violents commis par le FLQ (front de libération du Québec).

 

Un bel ouvrage sur l’adolescence, le tout baigné dans le climat politique particulier de cette année 1970 au Québec, bouleversé par les actes du FLQ qui sous-tend l'ensemble. Une BD d’une grande finesse, à la fois narrative et graphique, le dessin est impeccable, un noir et blanc maitrisé par un trait délicat et efficace.

L'ambiance du livre est étrange, on baigne dans des évènements qui dépasse complètement Paul mais qui ne le laisse pas indifférent, néanmoins Paul est un adolescent comme les autres qui rêve et qui en un sens se créé un cocon qui dépasse cette réalité. Jusqu'à un certain point Lisez Paul au parc de toute urgence !

 

Une bd d'une grande sensibilité à la fois sociale, dure et parfois désinvolte comme le vie peut l'être quand on a 14 ans...

 

Repost 0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 12:12

Geek de tout pays cette bd est pour vous ! Fans de star wars venez vous régaler de la parodie de Hervé Bourhis et Rudy Spiessert. Cette BD n'est plus une nouveauté mais putain qu'est-ce qu'on se marre. Plantons le décors :

Il y a bien longtemps dans une très lointaine contrée, le Seigneur Salvador, passé du côté sombre de la foy, a tué tous les Chevaliers de Jadis. Il retient prisonnière la princesse Leïca afin de lui subtiliser les plans du Castel Noir. Celle-ci charge Ravi Ravi, dit R2, de transmettre un message à un certain Suzy-Wan le cénobite : "Suzy-Wan, vous êtes mon seul espoir. Venez me libérer par pitié..."

 

Voilà ce petit résumé est un savoureux amuse gueule ! Car là dedans y a du rire, du rire de qualité môssieur ! Je ne saurais en dire plus mise à par que les dessins son efficace, caricaturaux sans trop en faire, coloré juste ce qu'il faut bref un bijoux cette BD débile !

 

 

mzl_zdtifqwj_1024x1024-65.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Zièph
  • Le blog de Zièph
  • : Ce blog regroupe mes coups de coeur, mes oeuvres cultes et les autres ... Peut-etre un jour s'y joindront mes oeuvres à moi, qui sait...?
  • Contact

Profil

  • Zièph
  • Je suis passionné de littérature et je griffonne à l'occasion. Griffonner est le bon terme vu que je dessine presque autant que j'écris... J'aime la littérature sous toutes ses formes et j'ai envie de vous faire partager ma passion !
  • Je suis passionné de littérature et je griffonne à l'occasion. Griffonner est le bon terme vu que je dessine presque autant que j'écris... J'aime la littérature sous toutes ses formes et j'ai envie de vous faire partager ma passion !

Recherche

Catégories